Nathalie Hervé

Lors de mon parcours de danseuse contemporaine professionnelle, j’ai découvert et intégré cette méthode dans ma pratique de la danse. Cette méthode d’apprentissage du mouvement s’adresse à tous, quel que soit son âge et sa condition physique. Elle questionne chacun sur sa relation au mouvement dans sa vie, invite à une réflexion et à une perception de soi dans sa globalité. Il s’agit de subjectiver son geste, de s’approprier les mouvements en fonction de sa propre histoire, ne pas « faire comme » le praticien. Son rôle n’est pas de montrer ce qu’il faut faire, mais d’inviter et de soutenir chacun dans une exploration personnelle. Cette pratique de soins est pertinente auprès du public pris en charge par Dessine-moi un mouton, ces personnes ressentant souvent « un corps à côté du corps », un corps subi, malmené. La collaboration avec les membres des équipes ainsi que la qualité des conditions matérielles mise en place par l’association pour la pratique sont fondamentales pour élaborer cette action. Le travail corporel ainsi réalisé permet de générer une autre dynamique face à la chronicité de la maladie. Et les premiers bilans sont encourageants !

Nathalie HervéPraticienne Feldenkrais
Odile Picard

Médecin au Service des maladies infectieuses et tropicales de l’Hôpital Saint Antoine à Paris, j’ai pris la présidence de Dessine-moi un mouton en mai 2012 (après avoir été administrateur pendant plus de 5 ans) pour mettre mon expérience médicale depuis le début de l’épidémie au service des malades.
Le VIH-sida étant devenu une maladie chronique, la prise en charge des malades se devait en conséquence d’évoluer. Nous sommes une des rares associations à accompagner les malades à différents moments vulnérables de leur vie, en nous  appuyant sur des programmes à la fois pour enfants, adolescents, jeunes adultes et parents, pour les aider à vivre mieux et au quotidien avec la maladie. Notre accompagnement a vocation aussi à développer leur autonomie, à permettre de reprendre confiance pour pouvoir s’insérer socialement et professionnellement. Entamé depuis fin 2011, notre travail de restructuration autour de ce projet de soutien à la qualité de vie des personnes touchées par une maladie chronique s’est renforcé. Ce qui nous permet en 2013 d’asseoir l’adaptation de notre prise en charge à la chronicité du VIH, mais aussi face à la baisse du nombre d’enfants nés séropositifs, de poursuivre notre ouverture aux maladies génétiques au regard de notre expertise sur les notions de pathologie chronique évolutive et à la fois transmissible.
Beaucoup de projets sont actuellement en cours avec notamment l’intégration d’un espace du corps à part entière dans le dispositif pour faire face à ce défi de grandir et vieillir avec la maladie, le renforcement de l’éducation thérapeutique en transversal. C’est un riche travail d’équipe au sens large, qui existe grâce à l’appui d’acteurs d’horizons divers et nous remercions tous les contributeurs qui sont à nos côtés pour agir sur le terrain.

Odile PicardPrésidente de l’association