Espace Parents – Enfants

Dessine-moi un mouton propose un accompagnement global (santé, psychologique, physique, éducatif et social) aux enfants et aux parents malades chroniques, en situation de précarité, pour vivre mieux avec la maladie, surmonter les difficultés quotidiennes, retrouver une autonomie et un équilibre familial.

Contacter le Service

Vous pouvez contacter par téléphone le Service parents – enfants du mardi au samedi de 10h à 18h au 01 40 28 14 36 ou le Chef de service de Dessine-moi un mouton au 01 40 28 14 32

Accompagnement des parents et des femmes enceintes

Dessine-moi un mouton propose :

    • Un accompagnement social des parents en situation de précarité ou d’isolement
    • Un soutien à la naissance, à la fonction parentale et au renforcement du lien parent – enfant
    • Un accompagnement à la santé
    • Un soutien psychologique individuel
    • Des ateliers individuels et collectifs pour favoriser la parole, les activités corporelles et la compréhension des enjeux de soins dans la famille
    • Des rencontres avec d’autres parents

Accompagnement des enfants de 3 à 14 ans

Dessine-moi un mouton propose :

    • Une éducation à la santé pour comprendre, accepter et se construire avec sa maladie et/ou celle du parent
    • Un soutien psychologique individuel et familial
    • Des ateliers individuels et collectifs pour favoriser le développement psychomoteur et affectif de l’enfant
    • Des séjours thérapeutiques

Axes d’intervention

Les enfants, les parents et les femmes enceintes inscrits au sein du service Familles sont pris en charge par l’équipe de professionnels pluridisciplinaire dédiée qui travaille avec ces personnes autour des axes d’intervention suivants :

Évaluation et Orientation

L’évaluation permet de définir le travail à mener avec l’intéressé(e). Plusieurs rendez-vous sont nécessaires pour préciser cette évaluation et surtout mettre en place une ou plusieurs réponses correspondant à ses besoins.
Le personne est ensuite inscrite dans l’un des programmes de l’association et/ou adressé à d’autres dispositifs mieux adaptés : psychiatrique, social, hébergement et droits commun, ASE, PMI, association caritative, etc. Si besoin, elle y est accompagné physiquement.
Ce travail d’évaluation et d’orientation continue tout au long de la prise en charge, et est assuré par les différents salariés de l’association.

Ecoute et accueil libre

Cette écoute est un moment de libre expression en dehors des entretiens thérapeutiques habituels. Elle permet aux personnes d’exprimer le vécu de leur réalité quotidienne et de leurs souffrances. C’est le plus souvent lors de ces échanges informels que la personne s’exprime davantage auprès du professionnel. Passage à l’acte, accident sexuel, grossesse involontaire, violence, problématique familiale, rupture, sentiment de solitude et d’isolement, difficulté professionnelle et scolaire sont les sujets les plus souvent abordés. Les personnes s’évoquent et guident l’association vers les positions à prendre pour les accompagner.
Cela nécessite des espaces de paroles diversifiés et repérés par les usagers. Ces espaces sont donc « provoqués » et pensés par les équipes. Ils impliquent une grande disponibilité de la part des professionnels et témoignent de l’intérêt que porte l’association à son public. Ils représentent aussi des temps d’observation incluant les tout-petits qui expriment par les jeux et la gestuelle ce qu’ils n’arrivent pas encore à dire. Cette action implique l’ensemble des salariés en coordination avec les différents intervenants et bénévoles.

Accompagnement Psychologique

Celui-ci se déroule de 2 manières :

  • au cours de consultations liées à des événements précis en soutien psychologique (traumatisme de l’annonce, décès, séparation, changement de cadre de vie, etc.),
  • à travers un suivi thérapeutique régulier correspondant au désir de la personne de traverser son histoire de vie liée à sa pathologie afin de traiter les maux dont elle souffre.

Ce soutien concerne l’ensemble des publics reçus et s’adapte à l’unicité de la personne. Afin que le cadre thérapeutique soit respecté, 3 psychologues sont respectivement affectés aux enfants, aux adultes, et aux adolescents / jeunes adultes.

Education à la santé

DMUM soutient l’hygiène et la qualité de vie aussi bien dans les locaux de l’association qu’à domicile par des entretiens, des ateliers individuels ou collectifs, des séjours thérapeutiques, des parcours sensibles, des repas, etc.

A ces occasions, les thématiques abordées sont : sommeil, hydratation, nutrition, prévention des infections sexuellement transmissibles (VIH, syphilis, hépatites B et C, infection à chlamydia infection à gonocoque), contraception, utilisation des préservatifs (masculins et féminins), prévention lors de certaines pratiques corporelles (blanchissement de la peau, ingestion de terre, etc.), mobilité rendue difficile (psychique et fonctionnel), douleurs, projet de vie.

L’objectif est d’aider chacun à trouver un équilibre qui prenne en compte sa santé, son mode de vie et ses possibilités. Cette action, guidée principalement par les infirmiers, concerne l’ensemble de l’équipe pluridisciplinaire.

Education thérapeutique

L’éducation thérapeutique est basée sur les connaissances et les capacités d’une personne porteuse d’une maladie chronique transmissible et de son entourage à comprendre les enjeux qu’implique la maladie afin d’améliorer sa santé. L’éducation thérapeutique proposée à DMUM est complémentaire et indissociable des traitements et des soins médicaux.
Elle se déroule en prenant en compte :

– des représentations de la maladie (séropositivité et sida, drépanocytose, etc.),
– des connaissances de la personne sur l’anatomie et la physiologie du corps humain qui lui permettent de comprendre le fonctionnement de sa pathologie,
– les compétences de la personne pour mieux prendre en charge sa santé,
– la situation sociale qui facilite ou non une bonne prise en charge.

Cette action comprend des allers et retours entre d’une part les différents professionnels et, d’autre part, les intervenants extérieurs.

Réinvestissement du corps

Il s’agit d’un véritable programme de soin: l’évaluation du besoin est réalisé par la coordinatrice de l’Espace du corps (psychomotricienne) en lien avec l’équipe pluridisciplinaire. Il est ensuite attribué à chaque personne un référent dans l’équipe DMUM pour coordonner son parcours de soin corporel. Celui-ci est mené successivement par 1 ou plusieurs intervenants des pratiques de soin corporel (praticienne somatique, psychomotricienne, socio esthéticienne, etc.).
Tout au long de la prise en charge des synthèses sont effectuées par l’équipe et les intervenants. Au terme de chaque parcours un bilan personnalisé est remis à la personne avec l’évaluation de départ, les objectifs prévus et l’évaluation en fin de parcours. Cette dernière évaluation correspond à la synthèse des échanges entre les professionnels intervenant dans le parcours (qui peut inclure des professionnels extérieurs à l’association) et la personne concernée. Elle peut déboucher sur une nouvelle prescription de pratique de soin corporel, une nouvelle orientation de prise en charge ou une fin de prise en charge par l’association.

Soutien à la parentalité

Ce soutien s’adapte aux différentes situations : nombre de personnes malades dans la famille, structure familiale (monoparentalité, famille recomposée, adoption, etc.), origine et parcours des familles, insertion dans la vie sociale.
Le soutien à la parentalité s’appuie sur la capacité des parents à comprendre la place qu’ils ont donnée à la maladie dans la construction familiale. Cela permet de lever certains secrets, de dire et d’expliquer à leurs enfants ce qu’ils doivent comprendre de la maladie afin de préserver, de renforcer, ou encore d’aider à la construction des liens familiaux.
Ce travail s’organise à partir d’entretiens de parents seuls, d’enfants seuls, familiaux et de groupes de parole collectifs menés par le psychologue en charge des enfants, une infirmière et des intervenants en charge d’animer les ateliers collectifs.

Soutien à l‘individualité de l’enfant dans sa vie familiale

Ce soutien a pour but la mise en mots et la compréhension de la place que prend la maladie dans les relations familiales. Comprendre et appréhender autant sa maladie que celle de ses parents redistribue le positionnement de chacun à bon escient. Cela atténue l’angoisse des enfants, défait la morbidité qui peut les accompagner, les déculpabilise et les réengage dans leur vie scolaire, sociale et familiale.
Le psychologue en charge de l’enfance et une infirmière organisent ce soutien et utilisent des moyens divers soutenus par des intervenants extérieurs et des bénévoles : entretien enfant seul et/ou parent-enfant, atelier de parole, séjour thérapeutique, atelier collectif pour les enfants, soutien éducatif individualisé.

Prévention de la transmission Mère - Enfant

Le protocole de prévention de la transmission mère-enfant va de la grossesse aux 24 mois de l’enfant. Il s’inscrit dans la prévention précoce. Sa mise en oeuvre est parfois complexe selon les situations de vulnérabilités immunitaire, psychologique, familiale, sociale, environnementale de la personne. La majorité des futures mères ou des jeunes mères avec leur(s) enfant(s) vivent dans les dispositifs d’urgence sociale (Le « 115 »: accueil des personnes sans-abris) et sont sans ressources matérielles. 60% d’entre elles viennent d’apprendre durant leur grossesse leur séropositivité au VIH alors que le taux national est de 17 %.
Face à ces différentes vulnérabilités, l’accompagnement individualisé permet d’appréhender les multiples difficultés rencontrées avec l’observance au traitement (avant et après la naissance), la continuité des différentes consultations spécialisées, les soins de maternage (biberon, soins corporels etc.), la place de la maladie dans l’histoire et le vécu de cette naissance.
Cette action est conduite principalement par une infirmière et la psychologue en charge des adultes.

Vidéos – Témoignages

Témoignage de Victoire, bénéficiaire à DMUM

Visite du lieu d’accueil