mieux-etre

Journée « Mieux-être » avec MAC Cosmetics

Samedi 5 Novembre dernier, nous accueillions à DMUM deux maquilleurs professionnels et conseillers en image détachés par notre partenaire MAC Cosmetics, dans le cadre de la journée « Mieux-être ». Celle-ci fait partie du projet « Mieux-être » qui s’échelonne sur toute l’année sur plusieurs sessions (ateliers de socio-esthétique, ateliers maquillage et conseil en image en boutique MAC, etc.) et qui vise la restauration de l’image de soi pour pouvoir mieux aller de l’avant et dissoudre petite à petit les freins à la construction de son projet de vie.

Lors de cette journée, les maquilleurs ont rencontré 9 jeunes femmes suivies à Tag. Ces dernières leur ont elles-même retracé le projet Mieux-être dans son ensemble, et ont partagé leur ressenti jusqu’à présent. Ce projet est visiblement un moyen efficace pour prendre soin d’elles, et pour échanger entre elles. Un projet qui libère la parole donc, en travaillant non seulement sur l’image mais de fait aussi sur la santé.

Après un tour de table à évoquer les attentes de ces jeunes femmes (allant de « apprendre à se maquiller » à « rester naturelles », « connaitre les différents types de maquillages », etc.), les maquilleurs se sont affairées au travail d’y répondre.

Beaucoup d’interactions avec tout le monde, avec les maquilleurs, les professionnels de DMUM mais aussi entre elles. L’occasion d’évoquer la place de la féminité, mais aussi celle de l’alimentation (autre sujet inhérent au projet « Mieux-être »). Une fois le climat de confiance établi, d’autres questionnements plus profonds ont été évoqués, comme la question de « Qu’est-ce que le maquillage vient lui-même maquiller ? », etc.

A suivi une séance photos destinée à ces jeunes dames, qui intégreront le regard qu’elles portent sur elles-même.

« Finalement je me trouve bien »

« Je susi toujours moche sur les photos ».
On s’exprime.

Ce travail a permis de porter une attention particulière à soi, un regard plus « juste » sur elles-mêmes. Une séance maquillage dont « elles n’ont pas l’habitude ».

 

Programme Parent - Enfant

Mieux comprendre pour mieux grandir : ateliers « découverte du corps »

Les enfants ont besoin de comprendre le fonctionnement de leur corps, afin de pouvoir se l’approprier et, ainsi, mieux appréhender la maladie et le traitement qu’elle implique.
Pour permettre le questionnement et l’assimilation des informations, une infirmière puéricultrice et une psychomotricienne proposent de mener l’enfant à travers un parcours dynamique de trois modules comportant consécutivement 4, 3 et 2 séances (voir déroulé et dates des séances ci-dessous).

Le premier module de 4 séances propose une approche du corps dans sa globalité, avec des activités motrices et sensorielles qui seront conceptualisées autours de la construction d’un personnage articulé. Au terme de ce module, comme pour les suivants, une restitution des séances est donnée aux parents qui décideront avec leurs enfants de poursuivre ou non les deux autres modules. Ces derniers modules proposent d’explorer l’ensemble de nos organes pour comprendre la mécanique du bon fonctionnement de notre corps.

Tout au long des différentes séances, un accueil est proposé aux parents qui souhaitent discuter librement ou patienter avec un café/thé. Au terme de chaque module, un buffet participatif est proposé pour faciliter les rencontres et les échanges. Pour les parents qui souhaiteraient approfondir leur questionnements, ils ont la possibilité de s’inscrire à des rendez-vous individuels avec l’équipe Parent – Enfant de Dessine-moi un mouton qu’ils auront rencontré (Stéphane WEILER psychologue et Cindy BENDAHMANE infirmière puéricultrice).

ETP Déroulé 1sur2

ETP Déroulé 2sur2

accidents-domestiques1

Prévenir bébé des accidents domestiques

accidents-domestiques1Penser la santé dans sa globalité, c’est aussi savoir identifier les risques d’accidents domestiques et les prévenir, tant pour maman que pour bébé.

L’infirmière puéricultrice du service Périnatalité-Petite Enfance a conçu, en phase avec les recommandations de l’INPES, un atelier de prévention des accidents domestiques destiné aux mamans avec petit(s) enfant(s) de 0 à 3 ans.

Cage d’escaliers, cacahuètes sur la table, ces éléments à l’apparence anodine ne sont quasiment jamais identifiés comme un risque domestique potentiel, pouvant aller jusqu’à entraîner la mort.

L’infirmière aborde également la conduite à tenir lors d’un accident effectif (brûlures, chutes, eau…).

La valeur ajoutée de ces ateliers menés à Dessine-moi un mouton est leur adaptation au contexte de vie de ces familles très précarisées. En effet, la quasi totalité des dames reçues à l’association sont logée dans des « hôtels » du Samu Social (115) ou en appartements partagés. Concrètement, ces dames cuisinent par exemple souvent à même le sol, ce qui nécessite d’envisager globalement les risques associés à la réalité de leur quotidien.

20150518_144922

Sortie de médiation culturelle au Quai Branly

Les professionnels de santé de DMUM ont accompagné 3 familles et 4 adolescents/jeunes adultes à la visite organisée du musée des arts primitifs du Quai Branly.

Tatoueurs tatoués, et autres découvertes20150518_105841

Les dames et les jeunes ont été accueillis lors de la journée des associations par les guides du musée, qui proposaient une visite guidée dédiée au groupe. Ainsi le « groupe DMUM » a pu découvrir l’exposition « tatoueurs tatoués », mais également le plateau des œuvres permanentes sur les arts primitifs. Au regard de certaines œuvres, il était très intéressant de voir certaines personnes faire (et « dire ») le lien qu’elles renouaient parfois avec leurs propres cultures qu’elles étaient contentes de retrouver. La visite guidée a été d’un suivie d’un spectacle ainsi que d’un pique-nique offert par l’organisation. L’après-midi était consacré aux plateau des œuvres d’art, en libre accès.

20150518_115522Sortie culturelle à vocation thérapeutique

Comme tous les ateliers menés à DMUM, les sorties de médiation culturelles permettent aux personnes suivies à l’association de s’autoriser un moment de détente, de relâchement vis-à-vis de la maladie chronique. Ce temps de « pause » est indispensable à l’amélioration de la qualité de vie des personnes qui portent leur intérêt au-delà de leur condition de « malade » et s’autorise à ouvrir leur curiosité à d’autres éléments d’élaboration. Pour la majorité des personnes présentes, c’était la première fois qu’elles poussaient les portes d’un musée.

Satisfaction GénéraleDMUM médiation culturelle

Jeunes et moins jeunes ont beaucoup apprécié la sortie et la découverte, qui a notamment donné lieu à des émulations entre les bénéficiaires. Par ailleurs, une entrée gratuite a été offerte à chaque participant, pour revenir profiter du musée de manière autonome. DMUM a remercie particulièrement la fondation Areva qui l’a invité à prendre part à cette jolie opération.

Massages maman-bébé

Ateliers massage Mamans – bébés

L’équipe du service périnatalité petite enfance ont mis en place un atelier régulier « de massage parents-bébés ».
Cet atelier coordonnée par une infirmière et une psychomotricienne réunit deux fois par mois des mères avec leur bébé de 1 mois à 8 mois,

Objectif : soutenir les interactions entre le parent et son enfant.

L’atelier se déroule comme suit :

1- Il débute par un temps de conscience corporelle, où l’on invite les mères à être à l’écoute de leur respiration, de leurs sensations, de leur posture. L’objectif est d’amener les mères dans un état de disponibilité corporel et émotionnel afin de pouvoir être le plus possible à l’écoute et dans l’interaction avec leur enfant.

2- Le second temps concerne le Massage – La psychomotricienne propose des mouvements sur un poupon afin de guider les mères si elles le souhaitent, mais celles ci ont également la liberté d’initier des mouvements si elles le désirent. L‘infirmière est disponible pour répondre aux questions concernant la santé de l’enfant et accompagne les mères dans la pratique si besoin.

Le massage mamans-bébés apporte des différents bienfaits :

– soutenir le lien mère-enfant qui peut se retrouver fragilisé dans le contexte de maladie chronique transmissible (impossibilité d’allaiter)

– Accompagner le développement sensoriel et moteur de l’enfant en proposant un toucher stimulant et bienveillant.

– mettre des mots et donner du sens à ce que vit l’enfant en articulant fois le vécu sensoriel et tonique avec le vécu émotionnel

– valoriser les mères dans leur pratique

– apporter une enveloppe groupale rassurante et étayante qui amène les mères à se réancrer dans la sphère sociale

 

3- Le groupe se termine par un temps de relaxation – ou il est proposé à ces dames de se reconnecter avec soi, à sa respiration dans un moment de détente. Puis, il est proposé un temps d’échange entre les mères afin de favoriser les interactions entre elles. Ce temps est particulièrement apprécié par ces dames qui échanges des conseils sur comment s’occuper de leurs enfants et qui s’appuient les une sur les autres dans un dynamique groupale contenante, rassurante et valorisante. Ceci va dans le sens de l’autonomie de ces personnes vis-à-vis de leur santé et celle de leur enfant, ce qui est l’objectif premier de l’association.

Séjour enfant avril 2015

Séjour thérapeutique Enfants à Cublac (Corrèze)

Du 18 au 25 Avril dernier, les professionnels de santé du service « Parent – Enfant » de DMUM ont accompagné 20 enfants à Cublac, en Corrèze, dans le cadre du séjour thérapeutique d’Avril…

Au programme
« Comme un homme préhistorique ! » : au fil du séjour, différents ateliers ont été proposés : apprendre à faire du feu comme Cro-Magnon, initiation à l’art pariétal et dessin avec de l’ocre naturel et du charbon, taille des silex, construction des sagaies et tirage au propulseur pour s’entrainer à la chasse et partir à la rencontre de la plus belle conquête de l’Homme, le cheval : initiation ou perfectionnement à pied et à cheval (connaissance de l’animal, soins et monte)
« Préhistorien » : visite de la grotte aux 100 Mammouths, du Préhisto Parc et bien sur de Lascaux II : la reproduction d’une des plus belles grottes au monde.
Activités nature : rallye nature sur les traces des animaux de la forêt, land art, construction de huttes, affût de nuit
Activités ludique et sportives : foot, ping pong, tournois sportifs, grands jeux, activités manuelles et d’expression : défis silex d’or…
Chaque journée se terminait par une veillée animée : loup garou, contes, mimes, barbecue… puis, à peine sous la couette, aoooohm, nous rêvions déjà à nos prochaines aventures préhistoriques !

Hébergement / Restauration
Entre Brive et Périgueux, à 15 km de la grotte de Lascaux et à 1,5 km de Cublac, se niche la ferme équestre de la Valade. C’est une ancienne ferme corrézienne entourée de 100 hectares de prairies et de forêt. Le centre dispose de 2 salles d’activités et d’une infirmerie.
Côté repas, c’est dans une ancienne grange limousine devenue salle à manger que nos préhistoriens ont apprécié une cuisine familiale préparée sur place.

Préhistoire – Silex – Feu – Art Parietal – Grotte de Lascaux
Gaaa,… C’est dans le décor unique de la Vallée de la Vézère, qui atteste de 400 000 ans d’histoire que nos préhistoriens sont partis sur les traces de Néandertal et Cro-Magnon. RRRhhh,… Pour mieux comprendre nos ancêtres, ils se sont glissés dans leur peau et ont : taillé des silex, domestiqué le feu, réveillé l’artiste qui sommeille en eux…, et Haaa domestiqué celui qui deviendra leur plus belle conquête, le cheval mais aussi formé un clan, mimé ou grogné, partagé leur gibier, construit une hutte… et, Hiii,… visité des sites exceptionnels tel le fac-simile de la célèbre Grotte de Lascaux aux extraordinaires peintures. Waouh !

Socio-esthétique

La socio-esthétique au service des patients malades chroniques

Qu’est ce que la « socio-esthétique » ? (cf. interview de Mathilde Pégon, ci dessous)

Il s’agit d’une pratique professionnelle de soins esthétiques auprès de population souffrantes et fragilisées par une atteinte à leur intégrité physique, psychique ou en détresse sociale. Cette expertise professionnelle est en outre reconnue dans le domaine de l’esthétique-cosmétique associée à des compétences spécifiques sur les bienfaits thérapeutiques de la relation de soin. La socio-esthétique participe à la reconstitution de l’image de soi et à la renarcissisation en prenant en compte le corps par le toucher et l’écoute.

Depuis presque 10 ans, Dessine-moi un mouton intègre  la socio-esthétique dans son offre de soins corporels au service de la restauration de la qualité de vie des patients atteints de malades chroniques. Nous menons des séances individuelles auprès des dames et des jeunes (garçons et filles) suivis à l’association, parallèlement à des ateliers collectifs de restauration de l’image de soi.

Mathilde Pégon, stagiaire socio-esthéticienne à Dessine-moi un mouton (formation CODES)

Conseils d'une coiffeuse

La socio-esthétique pour le mieux être des patients chroniques

Dessine-moi un mouton continue d’accueillir des stagiaires socio-esthéticiennes dans les cadre de son partenariat avec le CODES. Mathilde et Angélique assurent depuis fin Février et pendant un mois ces ateliers individuels auprès des jeunes et des moins jeunes (parents), qui portent notamment sur la richesse du sensoriel, pour retrouver par le toucher des émotions agréables, mais aussi faciliter l’expression des ressentis.
Autour des thèmes comme la connaissance de la peau, l’utilisation de crèmes hydratantes et du maquillage, les problèmes causés par la prise de médicaments, etc., ces rendez-vous ont peu à peu stimulé chez les participants (masculins et féminins) le désir de prendre soin d’eux tout en apprenant à se regarder avec davantage de bienveillance.

Il s’agit bien ici de les aider à instaurer une relation de qualité avec eux-mêmes, indispensable au retour de l’estime de soi, et de leur offrir aussi des outils pour qu’ils deviennent autonomes dans la prise en charge de leur mieux-être.

séjour thérapeutique enfant février 2015

Séjour thérapeutique Enfants – Février 2015

Du 21 au 28 février dernier, le psychologue enfant et la l’infirmière Parent-Enfant de Dessine-moi un mouton ont accompagné 18 jeunes lors d’un séjour thérapeutique à Marseille. Ces jeunes gens ont été logés au centre international de séjour de la Capelette, qui se trouve dans le 10ème arrondissement de la cité phocéenne.

Rappelons que les séjours thérapeutiques ne sont pas des « vacances » en tant que telles, mais bien des temps privilégiés avec ces enfants pour libérer la parole et aborder les problématiques liées à la maladie dans un autre contexte que le milieu familial, pour se l’approprier plus efficacement (d’où l’encadrement par des personnels soignants).

Street style in Marseille

Ville d’art et de culture, Marseille n’échappe pas au déferlement de cette génération d’artistes composée de plasticiens, de sculpteurs, d’illustrateurs qui re-décorent le paysage citadin ; de musiciens ou de danseurs qui investissent les rues et de sportifs qui transforment les éléments du décor du milieu urbain en obstacles à franchir par des sauts, des escalades.
Quand la rue devient un lieu d’expression artistique, culturelle ou sportive… street style in Marseille !

Esprit (street) du séjour

Si le rêveur l’associe aux cigales, à la douceur de vivre, le mélomane au rap, le sportif au football, le fan de TV à Plus belle la Vie, le littéraire au « Comte de Monte Christo », brisons les clichés et réapproprions-nous la ville et tous les trésors et possibilités qu’elle recèle.
Parkour, graffiti, human beatbox, rap, arts et culture, baignades, etc. Une semaine marseillaise à la croisée de l’art, de la culture et du sport et des valeurs de partage et d’entraide propres aux cultures urbaines.

Au programme

Parkour : 2 séances : une première séance de préparation/entraînement dans un gymnase et une seconde de pratique en extérieur
Atelier Graffitis : présentation de l’histoire, visite grandeur nature, initiation
Atelier Human Beatbox : utiliser la bouche, les lèvres, la langue, le nez, la gorge et les cordes vocale pour faire de la musique
Jeu de piste sur fond de chansons d’IAM pour découvrir les clichés marseillais
La Friche Belle de Mai : ancienne Manufacture de tabacs devenue en deux décennies un espace d’expérimentation artistique contemporaine
Le MuCEM : musée des civilisations de l’Europe et de la Méditerranée
Le quartier du Panier qui a inspiré la place du Mistral de « Plus Belle la Vie »
Et pourquoi pas résoudre la célèbre énigme de la sardine qui a si longtemps bouché le Vieux Port !

Chaque journée se termine par une veillée animée : time’s up, sardine, participation à la vie locale, etc. Puis, à peine sous la couette, nous rêverons déjà d’art et de culture !

Kinder malen zusammen Bilder im Kindergarten

Rencontre avec les centres maternels de la cellule ADEMIE 75

Les équipes du programme Périnatalité de DMUM ont rencontré la cellule ADEMIE (Action départementale envers les mères isolées avec enfant) du bureau de l’aide sociale à l’enfance du département 75. Ceci afin de mettre en place un partenariat de travail sur l’accompagnement des femmes enceintes et/ou avec petit enfant. Cela va permettre de renforcer les liens entre DMUM et l’ensemble des centres maternels de la ville de Paris et d’améliorer la prise en charge de ce public fortement précarisé, notamment concernant l’accès à des places en crèche. Le partenariat avec les centres maternels d’Ile-de-France sera aussi l’occasion de partager et diffuser l’expertise de DMUM sur la prise en charge de mamans et/ou enfants concernés par les problématiques inhérentes à la maladie.