20170724_213325

Séjours thérapeutiques 2017

Cet été huit enfants sont partis en séjour thérapeutique du 17 au 21 juillet dans une ferme pédagogique en Picardie, à Tourville sur Pont Audemer. Au programme : ateliers découverte de la ferme et de ses animaux, transformation du lait en beurre, yaourt ou fromage, découverte de la rivière, transformation du blé en pain, accrobranches, jeux de ballon, etc.

Treize adolescents ont quant à eux séjournés à La Baule – Escoublac du 22 au 29 juillet, l’occasion pour eux de pratiquer baignades, catamaran, visites de sites, jogging.

Les séjours thérapeutiques pour les jeunes sont l’occasion de créer un événement de séparation familiale, qui donne les moyens aux professionnels d’observer et d’accompagner les personnes en dehors de leur contexte de vie habituel, et de créer des espaces d’expression autour de la maladie.

Les séjours font partie du programme d’ETP (Education Thérapeutique du Patient) de Dessine-moi un mouton qui a reçu l’agrément délivré par l’Agence Régionale de Santé (ARS) en juin 2016.  

bordeaux4

Des adolescents en « Mieux-être »

A Dessine-moi un mouton, nous accueillons hors du cadre hospitalier, des familles, des adolescents et jeunes adultes concernés par une pathologie chronique transmissible.

La question du corps porteur de la maladie, du corps souffrant, du corps modifié, et des soins dont il fait l’objet est au cœur des problématiques et des préoccupations des personnes que nous recevons. La maladie vient attaquer l’intégrité physique et psychique de la personne.

L’investissement de soi et du corps s’entremêle avec la prise de traitement quotidien et les effets secondaires indésirables associés (nausées, malaises, douleurs articulatoires et musculaires, lipodystrophies…). Le corps devient étranger et source d’angoisse. L’idée de la mort fait irruption et vient s’imposer dans les représentations psychiques, en lien avec l’atteinte du corps qui vient bouleverser l’équilibre émotionnel, narcissique et relationnel.

Se réapproprier son corps, apporter une autre image de soi, ressentir des sensations agréables et retrouver de la détente dans les mouvements constituent des enjeux caractéristiques et singuliers de l’accompagnement proposé à Dessine-moi un mouton.

Des pratiques de soin corporel sont proposées dans une articulation constante avec le travail mené par  les psychologues, les éducateurs et les infirmières. La transversalité de l’approche corporelle vient relancer une nouvelle dynamique de soin en soutenant le travail d’élaboration psychique et le parcours de santé de la personne.

  • En Avril, un atelier autour de l’expression corporelle et la relaxation sera proposé par la psychomotricienne autour de la thématique de prendre conscience de son corps en mouvement et dans la relation avec les autres.

 

  • En Juin, un atelier autour des soins du corps sera proposé par une stagiaire en socio-esthéticienne du CODES : se sentir à l’aise dans son corps en passant par la détente et le toucher.

 

  • En Septembre, un atelier autour de l’alimentation avec un nutritionniste sera proposé afin d’être à l’écoute de ses besoins nutritionnelles tout en apprenant de bonnes habitudes alimentaires.

 

  • En Octobre, un conseiller en image est sollicité afin de donner des conseils personnalisés sur comment se présenter et comment s’habiller en fonction des occasions ou des saisons (pour un entretien d’embauche par exemple) tout en soutenant la confiance dans l’image de soi dans le quotidien.

 

  • En Janvier, des maquilleurs professionnels de MAC viennent proposer des conseils en maquillage auprès des jeunes de TAG afin de soutenir l’image de soi.
Dessine-moi un mouton à RCF

Vivre, grandir avec le VIH – Faire taire la stigmatisation – Interview de DMUM à RCF

Ecouter l’interview en cliquant sur le lien ci-dessous.

Dans l’imaginaire collectif le sida est une maladie d’adulte. Or les enfants et adolescents qui grandissent avec le VIH sont quelques milliers en France. Leur situation est méconnue du grand public, car ils préfèrent souvent se taire. Pourtant ils sont aujourd’hui bien accompagnés par le personnel de santé.

Comment grandit-on avec une maladie chronique? Quel rapport avec son corps? Quelle vie amoureuse? Depuis 25 ans, l’association Dessine-moi un mouton aide les enfants et les adolescents à grandir sans mettre leur maladie au centre de leur vie.

 

INVITÉS

  • Michael Harismendy , responsable Développement à l’association Dessine-moi un mouton

  • Sonia Ould Ami , psychologue Adolescents / Jeunes Adultes à l’association Dessine-moi un mouton

 

20150518_144922

Sortie de médiation culturelle au Quai Branly

Les professionnels de santé de DMUM ont accompagné 3 familles et 4 adolescents/jeunes adultes à la visite organisée du musée des arts primitifs du Quai Branly.

Tatoueurs tatoués, et autres découvertes20150518_105841

Les dames et les jeunes ont été accueillis lors de la journée des associations par les guides du musée, qui proposaient une visite guidée dédiée au groupe. Ainsi le « groupe DMUM » a pu découvrir l’exposition « tatoueurs tatoués », mais également le plateau des œuvres permanentes sur les arts primitifs. Au regard de certaines œuvres, il était très intéressant de voir certaines personnes faire (et « dire ») le lien qu’elles renouaient parfois avec leurs propres cultures qu’elles étaient contentes de retrouver. La visite guidée a été d’un suivie d’un spectacle ainsi que d’un pique-nique offert par l’organisation. L’après-midi était consacré aux plateau des œuvres d’art, en libre accès.

20150518_115522Sortie culturelle à vocation thérapeutique

Comme tous les ateliers menés à DMUM, les sorties de médiation culturelles permettent aux personnes suivies à l’association de s’autoriser un moment de détente, de relâchement vis-à-vis de la maladie chronique. Ce temps de « pause » est indispensable à l’amélioration de la qualité de vie des personnes qui portent leur intérêt au-delà de leur condition de « malade » et s’autorise à ouvrir leur curiosité à d’autres éléments d’élaboration. Pour la majorité des personnes présentes, c’était la première fois qu’elles poussaient les portes d’un musée.

Satisfaction GénéraleDMUM médiation culturelle

Jeunes et moins jeunes ont beaucoup apprécié la sortie et la découverte, qui a notamment donné lieu à des émulations entre les bénéficiaires. Par ailleurs, une entrée gratuite a été offerte à chaque participant, pour revenir profiter du musée de manière autonome. DMUM a remercie particulièrement la fondation Areva qui l’a invité à prendre part à cette jolie opération.

bordeaux4

Mini-séjour thérapeutique « Ados & jeunes adultes » à Bordeaux

Durant ce mini-séjour, les nouveaux arrivants à Tag se sont rencontrés et ont découvert une ville qu’ils ne connaissaient pas, en quasi-autonomie. Les moments conviviaux ont permis d’évoquer certains sujets tels que l’observance des traitements, l’intimité et plus généralement le corps. Nous avons travaillé à créer une ambiance paisible où chacun pouvait se sentir à l’aise et trouver une certaine sérénité le temps, pour ces quelques jours.

Détails du séjour

C’est du 28 au 30 avril que nous sommes partis avec 9 jeunes dans la ville de Bordeaux. Nous avons séjourné à l’Auberge de jeunesse de Bordeaux, au cœur du quartier Saint-Jean, à proximité de la gare et à 15mn à pied du centre-ville historique. Dans le TGV, les jeunes se sont rencontrés autour de parties de jeux, timides au début, bruyantes à la fin.

A peine arrivés, le mardi en début d’après-midi, nous avons posé nos bagages à l’auberge pour aller manger dans le centre historique, aux alentours de la place de la Victoire.

Nous sommes ensuite allés nous promener « au volant » de gyropodes, pour une balade guidée dans les rues sinueuses jusqu’aux quais de la Garonne. Le Marché des Capucins, les quartiers de Saint-Pierre et Saint-Michel, l’Hôtel de Ville, la Cathédrale, la place de la Bourse et son miroir d’eau… C’est cheveux-au-vent que les jeunes ont découvert la capitale girondine !

Pour finir cette première journée Bordelaise, nous sommes allés au restaurant et avons joué au bowling jusqu’au bout de la nuit. S’en est suivie une balade nocturne jusqu’à l’auberge.

Le mercredi, nous avons décidé d’aller voir la mer ! Ou plutôt le Bassin d’Arcachon ! Nous avons donc pris un bus pour Andernos-les-Bains, ou nous avons mangé des pizzas et des glaces sur la plage, avant un après-midi jeux et détente à l’ombre des pins.

De retour sur Bordeaux et après un repas pris dans la vieille ville, nous sommes allés nous affronter aux laser-Game ! Les deux équipes tirées au sort se sont battues corps et âmes. Ce fût probant : les jeunes se sont éclatés pendant deux longues parties, et c’est dans le calme que nous sommes rentrés en longeant les quais, à pieds.

Le jeudi, jour du départ, nous nous sommes promenés une dernière fois dans le centre-ville. Nous avons déjeuné sur les quais, à Saint-Michel. Nous avons ensuite fait des courses pour se constituer un goûter/repas pour le trajet retour, qui se passa dans des parties d’UNO enthousiastes !

DSC09565

Atelier Santé et diététique : mieux manger c’est « Mieux-être » !

Porter une attention particulière à son régime alimentaire et l’origine des plats que l’on mange, c’est prévenir en amont la bonne santé. Dans le cadre de l’éducation à la santé des ateliers « Mieux-être » avec la maladie chronique, les jeunes du service TAG le mouton ont participé à 2 ateliers nutrition et diététique. Après un temps de réflexion sur les besoins nutritifs du corps humains, place à la confection de gâteaux, à l’extraction de jus de fruits et … à la dégustation !

Les jeunes ont suivi deux ateliers « Santé et nutrition » animés par l’infirmière et la psychologue Adolescents, le premier portant sur « faire la cuisine soi-même » et le second sur « les extractions de jus et jus de fruits détox ».

La première phase de ces ateliers étaient dédiée à des échanges sur les composants alimentaires des produits industriels versus les produits naturels de base pour la cuisine. Cela a été l’occasion de se questionner sur les éléments plus ou moins bon pour la santé que composent la nourriture que l’on ingère quotidiennement, et de questionner cette alimentation.

Concernant la « détox » nous nous sommes rendus compte, grâce à des recherches menées en amont (cf. articles ci-dessous), que les phases « détox » (notamment phase de jeûnes) ne sont pas forcément préconisées pour les personnes atteintes d’immuno-déficience.

Puis, la théorie et la réflexion ont laissé place à la pratique : ateliers de cuisine (gâteaux) et d’extractions de jus de fruits et de légumes. L’occasion de (re)découvrir de nouvelles saveurs, de nouvelles manières de consommer et de remettre en question nos habitudes alimentaires par toujours en phase avec la promotion d’une bonne santé…

 En savoir plus :

Article « Alimentation et VIH : comment bien se nourrir » – de Sida Sciences

Article « Alimentation et VIH«  – de Arcat Santé

Article « Détox: nos fruits et légumes préférés » – Topsanté.com

Article « Jus de légumes : une tendance détox controversée » – Santé Magazine

Socio-esthétique

La socio-esthétique au service des patients malades chroniques

Qu’est ce que la « socio-esthétique » ? (cf. interview de Mathilde Pégon, ci dessous)

Il s’agit d’une pratique professionnelle de soins esthétiques auprès de population souffrantes et fragilisées par une atteinte à leur intégrité physique, psychique ou en détresse sociale. Cette expertise professionnelle est en outre reconnue dans le domaine de l’esthétique-cosmétique associée à des compétences spécifiques sur les bienfaits thérapeutiques de la relation de soin. La socio-esthétique participe à la reconstitution de l’image de soi et à la renarcissisation en prenant en compte le corps par le toucher et l’écoute.

Depuis presque 10 ans, Dessine-moi un mouton intègre  la socio-esthétique dans son offre de soins corporels au service de la restauration de la qualité de vie des patients atteints de malades chroniques. Nous menons des séances individuelles auprès des dames et des jeunes (garçons et filles) suivis à l’association, parallèlement à des ateliers collectifs de restauration de l’image de soi.

Mathilde Pégon, stagiaire socio-esthéticienne à Dessine-moi un mouton (formation CODES)

Lieu d'accueil Dessine-moi un mouton 7

Le métier d’éducateur à DMUM : Interview

Interview d’Anaïs Julien, éducatrice spécialisée au sein du programme Adolescent – Jeune Adulte « TAG le mouton ».

Une très fidèle retranscription des activités menées au sein du programme TAG le mouton, accueillant des adolescents et des jeunes adultes malades chroniques.

REECOUTER LA CHRONIQUE EN CLIQUANT ICI

EN SAVOIR PLUS sur le programme Adolescent – Jeune Adulte

 

Conseils d'une coiffeuse

La socio-esthétique pour le mieux être des patients chroniques

Dessine-moi un mouton continue d’accueillir des stagiaires socio-esthéticiennes dans les cadre de son partenariat avec le CODES. Mathilde et Angélique assurent depuis fin Février et pendant un mois ces ateliers individuels auprès des jeunes et des moins jeunes (parents), qui portent notamment sur la richesse du sensoriel, pour retrouver par le toucher des émotions agréables, mais aussi faciliter l’expression des ressentis.
Autour des thèmes comme la connaissance de la peau, l’utilisation de crèmes hydratantes et du maquillage, les problèmes causés par la prise de médicaments, etc., ces rendez-vous ont peu à peu stimulé chez les participants (masculins et féminins) le désir de prendre soin d’eux tout en apprenant à se regarder avec davantage de bienveillance.

Il s’agit bien ici de les aider à instaurer une relation de qualité avec eux-mêmes, indispensable au retour de l’estime de soi, et de leur offrir aussi des outils pour qu’ils deviennent autonomes dans la prise en charge de leur mieux-être.