Colloque (image à la 1)

Retour Vidéo sur le colloque « Ados et Maladies Chroniques »

Colloque (vidéo)

Le 5 Novembre dernier, plus de 150 professionnels du secteur sanitaire et social sont venus échanger avec les professionnels de Dessine-moi un mouton sur les spécificités de la prise en charge des adolescents malades chroniques.

Une conclusion fait l’unanimité : les adolescents et jeunes concernés par une maladie chronique (VIH ou autre) nécessitent une prise en charge globale particulière, à savoir :

Une prise en charge globale de la santé, qui dépasse le seul suivi médical et qui vient questionner la qualité de vie de la personne

Une prise en charge extra hospitalière « hors les murs »: les acteurs de la prise en charge doivent se situer en ville, où « vivent » les personnes

Une prise en charge qui intègre la dynamique avec les pairs, pour échanger, créer des émulations entre personnes vivant la même situation

Une prise en charge qui considère l’adolescent « où il en est » sur son parcours de soins, base d’un accompagnement nécessairement individualisé

Une prise en charge qui tient compte de l’histoire de vie, la questionne et la retrace

« La maladie chronique vient s’opposer point par point au déroulement du processus adolescent, et vient faire voler en éclat la construction identitaire de ces jeunes personnes », affirme Nadège Bourvis, chef de clinique hospitalisation psychiatrique de l’enfant et de l’adolescent à l’hôpital Pitié-Salpêtrière.

Retrouver les temps forts du colloque en visionnant la vidéo ci-dessus.

Des actes écrits sont en cours de finalisation et seront prochainement publiés sur notre site.

bordeaux4

Des adolescents en « Mieux-être »

A Dessine-moi un mouton, nous accueillons hors du cadre hospitalier, des familles, des adolescents et jeunes adultes concernés par une pathologie chronique transmissible.

La question du corps porteur de la maladie, du corps souffrant, du corps modifié, et des soins dont il fait l’objet est au cœur des problématiques et des préoccupations des personnes que nous recevons. La maladie vient attaquer l’intégrité physique et psychique de la personne.

L’investissement de soi et du corps s’entremêle avec la prise de traitement quotidien et les effets secondaires indésirables associés (nausées, malaises, douleurs articulatoires et musculaires, lipodystrophies…). Le corps devient étranger et source d’angoisse. L’idée de la mort fait irruption et vient s’imposer dans les représentations psychiques, en lien avec l’atteinte du corps qui vient bouleverser l’équilibre émotionnel, narcissique et relationnel.

Se réapproprier son corps, apporter une autre image de soi, ressentir des sensations agréables et retrouver de la détente dans les mouvements constituent des enjeux caractéristiques et singuliers de l’accompagnement proposé à Dessine-moi un mouton.

Des pratiques de soin corporel sont proposées dans une articulation constante avec le travail mené par  les psychologues, les éducateurs et les infirmières. La transversalité de l’approche corporelle vient relancer une nouvelle dynamique de soin en soutenant le travail d’élaboration psychique et le parcours de santé de la personne.

  • En Avril, un atelier autour de l’expression corporelle et la relaxation sera proposé par la psychomotricienne autour de la thématique de prendre conscience de son corps en mouvement et dans la relation avec les autres.

 

  • En Juin, un atelier autour des soins du corps sera proposé par une stagiaire en socio-esthéticienne du CODES : se sentir à l’aise dans son corps en passant par la détente et le toucher.

 

  • En Septembre, un atelier autour de l’alimentation avec un nutritionniste sera proposé afin d’être à l’écoute de ses besoins nutritionnelles tout en apprenant de bonnes habitudes alimentaires.

 

  • En Octobre, un conseiller en image est sollicité afin de donner des conseils personnalisés sur comment se présenter et comment s’habiller en fonction des occasions ou des saisons (pour un entretien d’embauche par exemple) tout en soutenant la confiance dans l’image de soi dans le quotidien.

 

  • En Janvier, des maquilleurs professionnels de MAC viennent proposer des conseils en maquillage auprès des jeunes de TAG afin de soutenir l’image de soi.
accidents-domestiques1

Prévenir bébé des accidents domestiques

accidents-domestiques1Penser la santé dans sa globalité, c’est aussi savoir identifier les risques d’accidents domestiques et les prévenir, tant pour maman que pour bébé.

L’infirmière puéricultrice du service Périnatalité-Petite Enfance a conçu, en phase avec les recommandations de l’INPES, un atelier de prévention des accidents domestiques destiné aux mamans avec petit(s) enfant(s) de 0 à 3 ans.

Cage d’escaliers, cacahuètes sur la table, ces éléments à l’apparence anodine ne sont quasiment jamais identifiés comme un risque domestique potentiel, pouvant aller jusqu’à entraîner la mort.

L’infirmière aborde également la conduite à tenir lors d’un accident effectif (brûlures, chutes, eau…).

La valeur ajoutée de ces ateliers menés à Dessine-moi un mouton est leur adaptation au contexte de vie de ces familles très précarisées. En effet, la quasi totalité des dames reçues à l’association sont logée dans des « hôtels » du Samu Social (115) ou en appartements partagés. Concrètement, ces dames cuisinent par exemple souvent à même le sol, ce qui nécessite d’envisager globalement les risques associés à la réalité de leur quotidien.